02 octobre 2011

Jayne Mansfield 1967, Simon Liberati

 

9782246771814

 

Dans ce livre, Simon Liberati nous dévoile le destin tragique d'une star hollywoodienne, Jayne Mansfield.

 

Tout d'abord, lorsque j'ai vu que ce livre était sélectionné pour le Renaudot et le Goncourt, je me suis dis : "Waouh, il doit être vraiment bien !" Et, déception, M. Liberati n'a pas su combler mes espoirs. J'ai trouvé ce livre à la limite de l'initéressant, et, pour dire vrai, il m'est un peu tombé des mains. La vie de cette actrice que je ne connaissais pas ne pas franchement emballé. Cependant, malgré le fond un peu soporifique (de mon point de vue bien évidemment), la forme m'a parue intéressante. Je m'explique. Simon Liberati a mené un véritable travail d'enquêteur que j'ai trouvé impressionnant. Les détails (notamment dans les deux premiers chapitres qui raconte la mort de J. Mansfield) sont saisissant de précisions, si bien que j'en suis même venu à penser que certains étaient issus de la pure imagination de l'auteur. Mais peu importe, j'ai été emporté sur les lieux de l'accident, et j'aurais presque voulu m'y rendre pour voir les photos dont il parle de mes propres yeux, les scènes qu'il décrit, etc. 

Et c'est la suite qui se gâte un peu, malgré une plume plutôt plaisante. Mais j'ai trouvé que ce roman ressemblait plutôt à une biographie (mais pas complètement non plus !). Au début, je me suis posé la question suivante : Pourquoi Jayne Mansfield ? Et au final, je me suis rendu à l'évidence : Pourquoi pas Jayne Mansfield ? Sa vie est, malgré tout, plutôt intéressante, et bien plus que certaines personnes, alors d'accord !

C'est donc avec un avis mi-figue, mi-raisin que je suis sorti de ce livre bien écrit et prenant au début, mais qui m'est tombé des mains par la suite. Je ne sais pas trop quoi pronostiquer pour les prix littéraires, mais, personnellement, je ne pense pas que Simon Liberati mérite une telle distinction (Goncourt ou Renaudot), vis-à-vis d'autres oeuvres de la rentre littéraire.

Jayne Mansfield 1967, Simon Liberati, Grasset, 16€ (★★★☆☆)

 

Posté par Lencreacoule à 01:10 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur Jayne Mansfield 1967, Simon Liberati

    Trop bien !!!

    Posté par Baptiste, 25 septembre 2011 à 20:46 | | Répondre
  • il ne me tentait pas vraiment, et maintenant...encore moins!

    Posté par sophie57, 02 octobre 2011 à 13:06 | | Répondre
  • Idem que pour Sophie !

    Posté par Marc, 05 octobre 2011 à 14:19 | | Répondre
  • Et bien, il est même dans les deuxièmes sélections des prix Fémina et Renaudot. Et il y en a tout de même peu qui restent dans plusieurs sélections, alors je pensais que ce serait un bon livre. Tu m'évites un achat inutile, j'attendrai qu'on me le prête!

    Posté par pichenette, 12 octobre 2011 à 00:23 | | Répondre
Nouveau commentaire